Le codéveloppement, pour allier échanges, développement professionnel et prévention

Le codéveloppement a été conçu et développé par Claude Champagne et Adrien Payette, deux universitaires canadiens. Il se fonde sur l’échange de pratiques, l’entraide et l’intelligence collective. Ses inventeurs en donnent la définition suivante : « Un groupe de codéveloppement professionnel est une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d’améliorer leur pratique. La réflexion effectuée, individuellement et en groupe, est favorisée par un exercice structuré de consultation qui porte sur des problématiques vécues actuellement par les participants. »

L’objectif est d’apprendre au contact des autres, de développer son identité professionnelle et d’améliorer sa pratique par l’expérience, l’échange, l’action et l’expérimentation, en prenant en compte la dynamique de groupe. En cela, le codéveloppement est une démarche pragmatique de développement professionnel.

Une alternative efficace à la formation classique

Le codéveloppement concourt au développement professionnel dans le cadre d’une démarche innovante : pas de formateur ici, mais un animateur garant du cadre et du bon déroulé de la méthode, des interactions. Le codéveloppement est une méthode d’apprentissage qui mise sur les interactions entre les participants et l’intelligence collective, et qui incite à l’action. Le processus est guidé par un animateur formé à la démarche, conscient d’utiliser « une méthode subtile et exigeante alors qu’elle paraît simple en apparence » (A. Payette).

Les participants viennent réfléchir ensemble à une problématique professionnelle, et trouver nouvelles idées et énergie pour avancer. Tous les sujets traités sont apportés par les participants et issus de leurs difficultés, problématiques ou projets en cours. Ce sont des sujets sur lesquels ils recherchent non seulement des pistes de solutions mais également une prise de recul et des visions nouvelles pour être plus efficaces.

Pour toutes ces raisons, déployer une démarche de codéveloppement est aussi une démarche de prévention, donnant aux participants un nouvel outil pour faire face aux facteurs de tension et de difficultés auxquels ils sont exposés.

Un groupe de codéveloppement, comment ça se passe ?  

Un groupe de codéveloppement réunit 5 à 8 pairs, une fois par mois, pour des séances de 3h environ, sur la durée (6 mois minimum). Il devient le lieu d’examen et de traitement de situations réelles et actuelles rencontrées.

A chaque séance, le groupe se met d’accord pour traiter le sujet d’un des participants, qui devient le « client » du jour. Le client change à chaque séance.

Les autres participants deviennent alors les « consultants », ceux qui vont apporter leurs expériences, leurs regards, leurs suggestions et pistes d’actions.

L’animateur est garant du déroulement de la méthode, en 6 étapes, dont chacune a son importance pour permettre au client d’avancer dans sa réflexion, mais aussi au groupe de s’enrichir collectivement d’une situation particulière. L’animation, très structurée sur la forme et très ouverte sur le fond, garantit le « confort » de chacun et l’efficacité de la séance.

Les avantages du codéveloppement

C’est une méthode très structurée, conduite par un animateur formé au codéveloppement, qui permet au groupe d’avancer en toute confiance ;

Le groupe apprend à se connaître et à échanger dans un climat de bienveillance propice à l’échange et à la transparence ;

Les échanges se focalisent sur la réflexion collective pour comprendre ce qui est en jeu dans les situations présentées et identifier les actions à déployer pour y répondre ;

Les partages d’expériences sont centrés sur le besoin du « client » et permettent à ce dernier de réellement avancer sur sa problématique et de repartir avec de nombreuses pistes d’actions.

Ce que produit le codéveloppement

La créativité, via l’intelligence collective : des idées et de l’énergie en découlent, pour faire autrement, pour progresser, pour sortir des impasses ;

Le développement des compétences de diagnostic, d’analyse, d’écoute, de questionnement, d’arbitrage, de prise de recul, de prise de décision, de mise en mouvement ;

Le renforcement de la communauté : aider l’autre et se laisser aider permet de développer la confiance et la solidarité, de construire des liens ;

Autant de moyens concourant à la prévention des RPS.

Pourquoi un tel succès auprès de ceux qui se lancent dans l’aventure du codéveloppement ?

« Les règles du jeu sont simples. Chacun est acteur tout de suite, dès la première séance. C’est une bouffée d’oxygène, un espace où l’on prend enfin le temps de se poser, s’exprimer, écouter, d’être écouté, sans se sentir jugé ni critiqué.  Chacun trouve sa place, prend la parole à tour de rôle, dans un respect mutuel. Tous les avis sont importants, et les divergences acceptées, voire recommandées et appréciées car utiles au client. Il s’agit d’un formidable exercice d’humilité, où l’on se dévoile aux autres, parle de ses difficultés et accepte d’aider et de se faire aider. Et pour ne rien gâcher, la mayonnaise prend très vite entre les participants, des liens se développent naturellement, avec un esprit d’entraide et de solidarité, qui se poursuit souvent au-delà des séances. » (Clara Leparquier, in Cadre et dirigeant magazine)

Une méthode gagnante pour tous

« Le « client » progresse, prend du recul sur sa situation, creuse sa problématique, multiplie les perspectives, trouve de nouvelles solutions, fait un tri de tout ce qu’il a reçu afin de mettre en place un plan d’action concret, motivant et réaliste. Les consultants apprennent à écouter, questionner, aider, attendre avant de se précipiter sur les conseils, accepter des pratiques et avis différents des leurs et se centrer sur le client. Le groupe s’enrichit, chacun apprend à donner et recevoir, interagir en bonne intelligence. » (Clara Leparquier, in Cadre et dirigeant magazine)

Partager
vulputate, suscipit Praesent at id ut